Acerca de

night-4702174_1920.jpg

La Lune à travers l'histoire

La Lune a toujours accompagné les civilisations même les plus anciennes, bien avant que l’écriture n’en ait laissé des traces. De part son caractère cyclique qui évolue au fil des nuits, la Lune est toujours présente, mais jamais vraiment la même, un peu comme nous d’ailleurs… C’est peut-être en cela, que l’Homme s’est toujours sentie proche de celle-ci, un peu comme si aussi loin qu’elle puisse être, il nous semble qu’elle seule puisse nous comprendre réellement, comprendre notre statut d’être humain perdu au milieu de ce grand cosmos qui nous entoure. Grâce à elle, nous nous sentons moins seuls, car la Lune dégage une sagesse ancestrale, dont l’Homme s’est peu à peu approprié son essence au fil des siècles.

Chaque culture, chaque civilisation a réussi à créer un lien, un langage pour converser avec elle, du fin fond des cavernes de l’Homme préhistorique, aux Temples Égyptiens ou au cœur des forêts, nous n’avons jamais rompu ce lien qui lie à cet astre si proche de nous…

Aujourd’hui la Lune continue de briller au-dessus de nos têtes, elle poursuit son cycle, mais nos sociétés ont oublié une chose fondamentale, la Lune est notre guide à toutes et tous.

Et tandis que les étoiles apparaissent, que les astres continuent de tourner et que le soleil se couche, la Lune attend patiemment que nous reprenions contact avec elle …

 

SOCIÉTÉS PRIMITIVES

 

Imaginez-vous, pied nu, vivant au cœur de la nature, peut-être une caverne pour seul toit, et brillant dans le ciel noir de la nuit : la Lune comme seule lumière. Il est avéré que ce sont les femmes qui furent les premières à se rendre compte de la synchronicité du cycle commun qui unis la Lune et les cycles menstruels des femmes. En effet, celui de la Lune compte 29 jours et débute à chaque Nouvelle Lune, et celui de la femme qui dure entre 28 et 30 jours. C’est ainsi que la Lune devint le premier repère de la mesure du temps qui s’écoule. Les quatre étapes ou mouvements de la Lune correspondent aux grandes étapes de notre vie d’être humain, on retrouva d’ailleurs des représentations précises sur des céramiques.

Les premiers calendriers lunaires apparurent dès le paléolithique, des archéologues retrouvèrent des os gravés qui portaient des entailles qui correspondaient aux cycles de la Lune. On retrouva également des artefacts où étaient indiquées les grossesses et les menstruations.

Cette période dura de - 25 000 à – 3000 ans avant J.-C., et fut caractérisé par le culte de la Déesse Mère, qui se propagea dans toute l’Europe. On en trouve des représentations variées en fonction des époques et des civilisations ; une déesse oiseau peinte dans une grotte en France datant de -15 000 à des femmes serpents, des femmes aux formes généreuses symbolisant la fécondité ou encore des dessins de Yoni (organe génital féminin). Dans ces sociétés matriarcales, la femme était vénérée comme étant le symbole de la fécondité de la vie et de la mort.

 

PÉRIODE PRÉ-CHRÉTIENNE

 

Durant cette période, le culte de la Lune était présent dans toutes les sociétés et cultures (grecque, égyptienne, romaine, mésopotamienne, hindou, amérindienne). On y retrouve de nombreuses représentations de la Lune en tant que divinité, elle symbolisait la création du pouvoir premier et est à l’origine de la création de l’Univers et du Soleil.

Vers – 3000, les sociétés matriarcales se substituèrent peu à peu aux nouvelles sociétés patriarcales en raison de la sédentarisation des peuples et le développement des premières grandes villes. C’est à cette époque que l’Homme découvrit l’agriculture, l’élevage des animaux et que le commerce commença à se développer (route de la Soie). Les hommes (masculins) prirent conscience que c’est eux qui faisaient vivre leur famille, et de part leurs nouveaux « statuts » ils décidèrent de vénérer un Dieu à leur image, donc un Dieu masculin. De là le Soleil prit la place de la Lune dans les rites et les cérémonies. La Lune garda son statut, ainsi que son lien d’infériorité du pouvoir féminin et depuis lors, perdura son pouvoir spirituel.

Dans les nombreux mythes ancestraux aussi bien inuits, qu’égyptiens, celtes, sumériens ou aztèque, la Lune et le Soleil représentent le couple sacré, l’union de l’homme et de la femme, parfois même relié avec la Terre pour former la très célèbre trinité sacrée. Toutefois, la Lune est très souvent entachée d’une faute, de la honte, qui l’oblige à moins briller que le Soleil. Il est intéressant de constater le lien qui s’est tissé depuis l’avènement des sociétés patriarcales et qui continue de perdurer encore aujourd’hui, entre la place des femmes dans ces nouvelles sociétés et la représentation de la Lune qui porte le poids d’une honte et d’une faute qu’elle porte en elle…

 

CHAMANISME

 

Le Chamanisme, existe depuis la nuit des temps, et ses croyances et pratiques relient l’Homme au cosmos qui nous entoure ainsi qu’à la Nature dans laquelle nous vivons. Il est donc naturel que la Lune y tienne une place prépondérante. La grande force du Chamanisme est de relier les trois mondes dans lequel nous évoluons, le monde céleste et le cosmos qui nous entoure, le monde matériel dans lequel nous évoluons chaque jour avec le monde invisible, ce monde subtil qui nous enveloppe.

Toutes les civilisations de la Terre ont pratiqué le chamanisme à un moment ou à un autre au fil de leur évolution. Quant certaines l’ont appliqué et accueilli comme une base solide de leur culture qui perdure encore de nos jours, d’autres l’ont peu à peu remplacé par par des pratiques religieuses plus dogmatiques. Des forêts boréales de Sibérie, aux grandes plaines d’Amérique, à la savane africaine, le Chamane reste le point commun de cette pratique, il est le point d’accès aux mondes invisibles, il est le canal qui relie les mondes célestes à la Terre mère sur laquelle nous vivons. Il est le pont entre les forces cosmiques du ciel aux forces tellurique de la Terre. Il utilise pour cela le monde des étoiles et bien entendu la Lune et ses cycles, qu’il associe à des mouvements d’énergies croissants et décroissants (Pleine Lune et Nouvelle Lune).

La Lune est également utilisée par les sociétés amérindiennes, notamment dans les pratiques de leur médecine en fonction des cycles lunaires. Ainsi, la Lune est divisé en quatre parties qui représentent à la fois les quatre directions cardinales : nord pour la Nouvelle Lune, sud pour la Pleine Lune, ouest pour le dernier quartier et est pour le premier. Elle représente également les quatre éléments, les quatre saisons ainsi que la renaissance infinie.

Le tambour chamanique, utilisé lors des rituels de transe pour les chamanes, fait en peau de bête, en bois, symbole de l’Arbre monde, de forme ronde, n’est pas sans rappeler la Lune.

De nos jours, où le chamanisme fait son grand retour, de nombreuses femmes associent les cycles de la Lune avec leur propre cycles, et y trouvent le symbole d’un renouveau ou d’une renaissance.

Se connecter à la Lune, que nous soyons hommes ou femme n’est-il pas finalement le pont qui nous permet de nous relier de manière plus concrète à l’Univers qui nous entoure ….

eclipse-1492818_1920.jpg

Apprenez en plus sur tous les termes autour de la Lune. Qu'est ce qu'une éclipse ? Quand pet on observer une Lune rousse ? Et bien plus encore ...

Calendrier

Découvrez le calendrier lunaire de l'année 2021...

lunar-eclipse-962803_1920.jpg

Retour ici sur les différentes phases de la Lune. Quels sont ses effets sur nous ? Quelles sont les influences sur notre quotidien ?